Affichez vous sur Amanien.info - Pour vos Reportages, Annonces et Publicités
Derniere Minute
Côte d’Ivoire/ L’assassinat d’un apprenti de gbaka à Abidjan sud ce dimanche 20 août 2017 a été à la base d’une perturbation dans ce secteur entre Port Boute et Grand Bassam ce 21 /08/217 | Côte d’Ivoire-Abidjan 2017/ Ouverture des 8ème Jeux de la Francophonie ce vendredi 21 juillet 2017 à 19 HGMT. | Côte d’Ivoire/ Le pont Félix Houphouët Boigny nécessite une petite couche de bitume avant le démarrage des 8ème jeux de la Francophonie. | La Compagnie ivoirienne des transports (Citrans) a lancé samedi à Abidjan ses activités avec une flotte de 06 bateaux | Côte d’Ivoire/Douanes- Le Colonel DAH Pierre vient d’être choisi en conseil des ministres DG par intérim des DOUANES IVOIRIENNES ce mercredi 03 mai 2017 |
Innoson Vehicle Manufacturing (IVM) est une société de fabrication de véhicules, elle appartient à l’Innoson Group, fondée par l’homme d’affaires nigérian, Innocent Chukwuma, Officier de l’Ordre du Nigeria (OON).
Depuis les années 70, IVM importait des produits du secteur automobile de Chine, du Japon et d’Allemagne, et se contentait de faire de l’assemblage. Les véhicules lourds concernés, dont les bus, camions, et 4×4.
L’entreprise avait surtout pour but de réadapter ces véhicules étrangers à l’environnement africain et à des prix abordables.
L’entreprise fournit aussi des bons services et des pièces détachées pour la réparation de véhicules. Le but étant de répondre au mieux aux demandes spécifiques des clients.
Aujourd’hui l’entreprise frappe un grand coup et réalise son premier véhicule entièrement nigérian. Toutes les pièces étant nigérianes.
Le Nigéria devenu depuis peu la première économie du continent devant l’Afrique du Sud, donne ainsi le ton aux autres pays africains.
Espérons qu’ils suivront le rythme et que l’Afrique entière en profitera.
Un 4×4 Toyota est devenu trop banal ? Achetez un Kantanka, « made in Ghana »
L'industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une nouvelle marque, qui compte bien concurrencer les grands noms du secteur.
Les 4×4 Kantanka « made in Ghana » ont été officiellement lancés sur le marché début décembre, avec une gamme allant de 16 500 à 32 000 euros. Une ligne de berlines, plus abordables pour le marché local, est prévue pour l’année prochaine.
L’inventeur, Kwadwo Safo Kantanka, n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà fabriqué une voiture dont le démarrage était commandé par une montre en or, des robots parlants, une télévision contrôlée par la voix et un prototype d’hélicoptère de combat, entre autres, dans ses ateliers qui comptent 250 ouvriers à Gomoa Mpota, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de la capitale Accra.
Ce projet de marque automobile entièrement fabriquée au Ghana « était dans les tuyaux depuis 1971 », raconte son fils Kwado Safo junior.
Mais Kwadwo Safo Kantanka n’est pas juste un Géo Trouve tout. Pasteur à succès, il possède 137 églises, ainsi que plusieurs entreprises, dont les revenus lui permettent de financer ses inventions
Surnommé « l’Apôtre », il ambitionne de transformer l’économie du Ghana, voire de l’Afrique entière. Pays de 25 millions d’habitants stable et considéré comme un modèle démocratique en Afrique de l’Ouest, le Ghana a connu une forte croissance économique ces dernières années, mais qui repose essentiellement sur l’exportation de matières premières, cacao, or et pétrole.
Le président ghanéen John Dramani Mahama a lui-même encouragé ses compatriotes à acheter des produits locaux pour favoriser les entrepreneurs du pays plutôt que les produits importés.
– Le nouveau Toyota ? –
Pour construire sa voiture tout-terrain, Kwadwo Safo Kantanka a donc cherché au maximum à exploiter les compétences locales.
Déclinés en deux versions, pick-up ou SUV (tout-terrains de loisirs), les 4×4 Kantanka ressemblent extérieurement à ceux des grandes marques mondiales. La calandre porte une étoile à cinq branches argentée, le logo de la marque et symbole du Ghana. A l’intérieur, le tableau de bord est décoré de boiseries provenant de forêts ghanéennes, et les sièges en cuir crème sont fabriqués à Kumasi, dans le centre du pays.
Kantanka a quand même dû se résoudre à importer des composants-clés comme les vitres, les pneus ou les étriers de frein.
Les commandes sont en Akan – la langue la plus utilisée au Ghana – et en anglais.
Les Kantanka trouveront-elles des acheteurs sur le marché ghanéen ? Le fils de l’inventeur en est convaincu.
Les modèles ont été approuvés par les autorités de sécurité des automobiles et « nous avons déjà reçu des grosses commandes de sociétés au Ghana », assure-t-il.
La marque a lancé une campagne publicitaire avec des stars de cinéma et de musique locales, utilisant aussi les réseaux sociaux.
Mais le marché national est étroit: seulement 12 000 véhicules neufs et 100 000 d’occasion chaque année, tous importés. Vu leurs prix, seuls les acheteurs fortunés pourront s’offrir des Kantanka.
Mais encore faudra-t-il les séduire: les consommateurs n’ont généralement pas confiance dans les produits africains, dès qu’il s’agit de produits à forte technologie.
« Si vous avez le moindre problème avec la voiture, notre service après-vente fonctionne 24 heures sur 24. Pas besoin d’importer des pièces d’Inde, de Chine ou d’Amérique », argumente Kwado Safo junior.
La police a reçu un modèle a l’essai il y a six mois, et Kantanka espère d’autres commandes publiques.
Kwado Safo junior se veut résolument optimiste. « Nous allons lancer deux nouvelles gammes de voitures, et nous prévoyons aussi de produire des cars et des minibus ».
« Nous devons avoir confiance dans les voitures ghanéennes, comme dans les Toyota et les Hyundai », approuve Murtala Mohammed, un habitant d’Accra. « Ils sont partis de rien eux aussi. Qui sait ? Kantanka sera peut-être le nouveau Toyota ».
Source : NegroNews
[...]