Affichez vous sur Amanien.info - Pour vos Reportages, Annonces et Publicités
Derniere Minute
Côte d’Ivoire/ L’assassinat d’un apprenti de gbaka à Abidjan sud ce dimanche 20 août 2017 a été à la base d’une perturbation dans ce secteur entre Port Boute et Grand Bassam ce 21 /08/217 | Côte d’Ivoire-Abidjan 2017/ Ouverture des 8ème Jeux de la Francophonie ce vendredi 21 juillet 2017 à 19 HGMT. | Côte d’Ivoire/ Le pont Félix Houphouët Boigny nécessite une petite couche de bitume avant le démarrage des 8ème jeux de la Francophonie. | La Compagnie ivoirienne des transports (Citrans) a lancé samedi à Abidjan ses activités avec une flotte de 06 bateaux | Côte d’Ivoire/Douanes- Le Colonel DAH Pierre vient d’être choisi en conseil des ministres DG par intérim des DOUANES IVOIRIENNES ce mercredi 03 mai 2017 |
C’est le président de l’association ‘’la Ruche’’, Camille Ehounou’’ qui a annoncé ce mercredi 18 mai 2016 au cours d’une conférence de presse tenue à la maison de la presse d’Abidjan, la récompense des lauréats de la 1ère édition du jeu-concours ‘’la bonne pioche’’. Ce sera aussi l’occasion, selon le président Camille, de lancer la 2ème édition. L’idée principale de ce projet est d’organiser un jeu-concours qui va mettre en compétition plusieurs établissements au niveau national.

En ce qui concerne l’objectif général ce concours vise ce projet est de contribuer à inculquer aux étudiants l’esprit d’entrepreneuriat et la culture de l’entreprise. Car, le chômage est un problème crucial qui se pose avec acuité dans les pays africains en général et à la Côte d’Ivoire en particulier. Le déficit de l’emploi est encore plus préoccupant chez les jeunes ivoiriens et ce, d’autant plus qu’il se pose la question tout aussi cruciale, de l’adéquation formation-emploi. Selon les statistiques officielles, les 2/3 de la population active au chômage ont l’âge compris entre 15 et 30 ans. Face à cette situation, la fonction publique et les programmes gouvernementaux sont largement en deçà des attentes de la jeunesse.

Au regard de ce constat alarmant mais non désespéré, la société civile a un rôle à jouer, notamment par la création d’activités génératrices de revenus au bénéfice des jeunes. C’est dans cette dynamique que LA RUCHE, plateforme d’échanges et de promotion de l’initiative privée en Côte d’Ivoire, a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice de la résorption du chômage, en organisant le jeu-concours dénommé « la bonne pioche » qui servira à détecter les 10 étudiants des Universités et Grandes écoles au meilleur potentiel entrepreneurial. Pour les objectifs spécifiques, il s’agit de sensibiliser les jeunes à la création d’activités génératrices de revenus, renforcer les capacités des jeunes par la formation, aider ces jeunes à trouver les financements, contribuer à mieux exécuter leurs projets et enfin créer une saine émulation chez les étudiants. Ce jeu-concours va mettre en compétition plusieurs établissements au niveau national et se déroulera en deux (2) grandes phases distinctes : la phase éliminatoire et la phase finale.

Pour la phase éliminatoire, cette phase est constituée de deux (2) étapes. La première est relative à la présélection des candidats. Chaque dossier de candidature sera évalué au regard des critères tels que l’originalité de l’idée, le coût du projet et sa faisabilité.
La seconde étape quant à elle concerne la sélection des candidats pour la phase finale. A ce stade, les candidats viendront défendre devant un jury leurs projets. C’est le lieu de présenter les différentes idées d’entreprise de chaque groupe et d’évaluer les différentes aptitudes développées par chaque participant au niveau de la conduite des projets de création d’entreprise. Par la suite, le jury apportera des critiques et des conseils nécessaires.
En plus des critères d’appréciation ci-dessus, il faut ajouter l’aptitude des candidats à présenter leurs projets, la qualité du business plan, le caractère novateur du projet, la faisabilité globale du projet.

A l’issue de ces deux étapes, 10 projets seront retenus pour la phase finale. Ensuite, les candidats retenus pour cette phase recevront des formations sur plusieurs thématiques pendant 72 heures. Les différentes formations les aideront à comprendre et à appréhender l’importance de l’entrepreneuriat dans le contexte socioéconomique de la Côte d’Ivoire actuelle. Pour ce faire, des axes seront abordés. Ce sont l’entrepreneuriat et émergence économique, le team building, le développement durable, le genre et le développement, la formation toast master, l’E-business
Parallèlement, des ateliers consacrés au cas pratique de montage et de réalisation des projets d’entreprise seront organisés. Chaque groupe, assisté par un encadreur sera amené à approfondir et améliorer les projets déjà élaborés par les candidats, identifier et réaliser de façon sommaire les études nécessaires à effectuer pour une création d’une entreprise réussie.
A l’issue de ces renforcements de capacités, les candidats devront défendre devant un panel, les versions plus élaborées de leurs différents projets pour lesquels ils ont été sélectionnés d’une part, et proposer une solution par l’entrepreneuriat relatif à une problématique sociale pour cette 2ème édition autour du thème : « Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et développement rural » d’autre part.

C’est sur cette base que les candidats seront évalués selon quatre (4) critères. Ce sont, l’originalité et le potentiel de développement du projet, la qualité de la présentation et l’éloquence des présentateurs, la maitrise du sujet et l’adéquation entre porteurs et projets, le ressenti personnel des membres de jury en terme de volonté d’investissement. Par ailleurs chaque participant recevra un diplôme de participation, et il sera procédé à l’installation d’un ‘’club entrepreneuriat’’ dans chaque établissement participant. L’objectif recherché ici est d’assurer la pérennité de l’initiative et aussi de permettre un meilleur suivi pour faire éclore leurs différentes potentialités.

Les résultats attendus de ce projet sont nombreux et aussi de qualité. Il s’agit d’amener les jeunes à maîtriser les différentes étapes depuis l’idée jusqu’à la réalisation effective d’un projet d’entreprise. Connaître les causes de l’échec des PME et les obstacles au démarrage ainsi que les différentes structures qui peuvent les accompagner dans leur démarche d’entrepreneur. Ainsi les jeunes intègrent les contraintes environnementales et de développement durable dans l’élaboration de leurs projets, l’approche genre est mieux maitrisée et est pris en compte dans les projets et les technologies de l’information et de la communication (TIC) qui sont bien intégrées par les jeunes dans la réflexion sur le développement des régions en Côte d’Ivoire. En conclusion, le présent projet, initié par LA RUCHE, témoigne de sa détermination à contribuer à l’avènement d’une jeunesse ivoirienne résolument tournée vers l’entrepreneuriat comme alternative à la résorption du chômage. Le concours de partenaires, sponsors et autres bonnes volontés pour le succès de cette initiative est vivement attendu.

Adjoumani Delors
[...]