Affichez vous sur Amanien.info - Pour vos Reportages, Annonces et Publicités
Derniere Minute
Afrique de l’Ouest/ L’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) dispose désormais d’une agence à San Pedro, dans la cité balnéaire de Côte d’Ivoire | Côte d’Ivoire/ L’assassinat d’un apprenti de gbaka à Abidjan sud ce dimanche 20 août 2017 a été à la base d’une perturbation dans ce secteur entre Port Boute et Grand Bassam ce 21 /08/217 | Côte d’Ivoire-Abidjan 2017/ Ouverture des 8ème Jeux de la Francophonie ce vendredi 21 juillet 2017 à 19 HGMT. | Côte d’Ivoire/ Le pont Félix Houphouët Boigny nécessite une petite couche de bitume avant le démarrage des 8ème jeux de la Francophonie. | La Compagnie ivoirienne des transports (Citrans) a lancé samedi à Abidjan ses activités avec une flotte de 06 bateaux |
Mesdames et Messieurs les Ministres,

? Mesdames et Messieurs les Repr?sentants des Partenaires Techniques et Financiers,

? Mesdames et Messieurs les Directeurs G?n?raux et les Directeurs Centraux de l?Administration Publique,

? Mesdames et Messieurs les Repr?sentants des organisations du secteur priv?,

? Mesdames et Messieurs les Membres du GEPEX,

? Mesdames et Messieurs les Industriels Transformateurs de la fili?re caf?-cacao,

? Mesdames et Messieurs les Exportateurs,

? Honorables Invit?s,

? Chers amis des M?dias,

? Mesdames et Messieurs,
C?est un r?el plaisir pour moi de prendre la parole, ? l?occasion de cette rencontre d?di?e ? l?industrie du cacao en C?te d?Ivoire. Elle se tient ce jour, apr?s celle tr?s enrichissante que nous avons eue ici le 02 avril 2015 pour ?changer autour de la probl?matique li?e ? la comp?titivit? de la transformation de cette mati?re premi?re qui tient une place importante dans l??conomie ivoirienne.

Je voudrais, avant tout propos, saluer la pr?sence nombreuse et distingu?e des repr?sentants des grands groupes internationaux du secteur du cacao qui ont bien voulu r?pondre ? notre invitation et faire le d?placement pour prendre part ? cette importante rencontre. Ces salutations et remerciements s?adressent ?galement aux repr?sentants des Partenaires Techniques et Financiers ici pr?sents. Je cite, notamment, le Groupe de la Banque Mondiale, repr?sent? par le Directeur des Op?rations pour la C?te d?Ivoire et la SFI, la Banque Africaine de D?veloppement (BAD) et la Banque Ouest Africaine de D?veloppement (BOAD).

A toutes et ? tous, je voudrais souhaiter le traditionnel AKWABA, c?est-?-dire la cordiale bienvenue en C?te d?Ivoire, terre par excellence du cacao. Je vous remercie de l?int?r?t que vous accordez ? la fili?re cacao, notamment au segment important de la transformation du cacao en C?te d?Ivoire.

Je saisis cette heureuse occasion pour vous souhaiter mes meilleurs v?ux de sant? et de succ?s dans toutes vos entreprises pour cette nouvelle ann?e 2016.

Honorables Invit?s,
Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez tous, l?importance de cette sp?culation et de nos ambitions en termes de d?veloppement de cette fili?re, ont conduit le Gouvernement ? mettre en ?uvre depuis 2012 une r?forme de la fili?re caf?/cacao qui a donn? des r?sultats forts encourageants.

Elle a permis, notamment, d?accro?tre la production de 50%, passant de 1,2 million de tonnes au cours de la campagne 2009/2010 ? 1,8 million de tonnes sur la campagne 2014/2015. Cette r?forme a ?galement permis d?am?liorer rapidement la qualit? de la production ivoirienne.

En outre, les actions de recherche et de d?veloppement entreprises par le Gouvernement avec l?appui appr?ciable de groupes internationaux de r?f?rence, donnent d?j? des r?sultats prometteurs, en termes d?am?lioration des rendements et de la qualit?. De m?me, dans le cadre des objectifs du d?veloppement durable, donc de la CoP 21, le gouvernement met en ?uvre le programme ? cacao ami de la for?t ?.

Il me pla?t ?galement de mentionner que conform?ment ? l?objectif majeur fix? par le Pr?sident de la R?publique, SEM. Alassane OUATTARA, d?assurer une meilleure r?mun?ration aux paysans, le prix d?achat aux producteurs de cacao, est pass? de 653 FCFA/kg en 2011/2012, avant la r?forme, ? 725 FCFA/Kg ? la campagne 2012/2013, puis ? 850 FCFA/kg ? la campagne 2014/2015 et ? 1000 FCFA/kg au cours la campagne 2015/2016.

Les revenus vers?s aux producteurs sont pass?s ainsi de 1041 milliards de F.CFA au cours de la campagne 2012/2013 ? 1526 milliards FCFA ? la campagne 2014-2015, soit une progression de 47%.

La r?forme mise en ?uvre sous la haute autorit? du Pr?sident de la R?publique Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA constitue aujourd?hui un important vecteur de r?duction de la pauvret? dans notre pays, particuli?rement en milieu rural. En effet, sa production est assur?e, pour l?essentiel, par quelques 800 000 petites exploitations familiales, et environ 4 ? 5 millions de personnes vivent de cette production.

Par ailleurs, il est ? rappeler que les d?penses pro pauvre sont pass?es de 1.080,3 milliards FCFA en 2012, ? 1.337 milliards FCFA en 2013 puis ? 1.716 milliards FCFA en 2015. Ils sont projet?s ? 1987 milliards FCFA en 2016.

Au plan macro-?conomique, les revenus issus de l?exportation du bin?me caf?-cacao s??valuent ? 2.385 milliards de FCFA en 2014, soit 14,1 % du PIB et 39 % des recettes d?exportation. Ils sont estim?s ? 3.141 milliards de FCFA en 2015, ce qui repr?sente environ 16,6% du PIB et 46,7% des recettes d?exportation.

Je saisis aussi l?opportunit? de cette rencontre pour saluer les initiatives visant ? am?liorer les conditions de vie des producteurs de cacao. C?est le cas notamment de la fondation Jacobs qui s?est engag? ? d?ployer en C?te d?Ivoire un programme d?appui ? la qualit? de l??ducation dans les zones de production de cacao dot? d?une enveloppe de 30 milliards de FCFA. Ce programme d?nomm? ? Transformer l?Education dans les communaut?s de cacao ? devrait permettre ? des op?rateurs leaders dans la fili?re d?investir entre 300 et 500 millions de dollars US sur la p?riode 2015-2020.

En ce qui concerne la lutte contre la traite des enfants, plusieurs actions ont ?t? mises en ?uvre, sous l??gide de la Premi?re Dame, Mme Dominique OUATTARA, en collaboration avec les partenaires du secteur notamment, le Minist?re am?ricain du travail (USDOL) et la World Cocoa Association.

Au nombre de ces actions, il convient de noter la mise en place en 2012 d?un Comit? National de Surveillance et de Lutte contre la Traite, l?Exploitation et le Travail des enfants. Un Plan d?Action National (2012-2014) d?un co?t total de 14 milliards de FCFA environ a ?t? ?labor? et mis en ?uvre pour identifier et poursuivre les auteurs de traite et d?exploitation des enfants.

Distingu?s invit?s
Mesdames et messieurs

L?un des enjeux majeurs de l??conomie cacaoy?re de la C?te d?Ivoire est celui de la transformation locale des f?ves de cacao. Cet enjeu important transparait dans le deuxi?me axe des cinq grands chantiers d?finis par le Pr?sident de la R?publique, SEM. Alassane OUATTARA, sur la p?riode 2016-2020. Ce sont :

1. Le renforcement des institutions pour la Paix et la Bonne Gouvernance ;
2. La transformation structurelle de l?Economie ;
3. L?am?lioration des conditions de vie des populations ;
4. La promotion de la Jeunesse et de la Femme;
5. L??mergence d?un Ivoirien nouveau.
Pour la mise en ?uvre r?ussie de ces cinq grands chantiers, le Gouvernement a ?labor? un nouveau Plan National de D?veloppement (PND) 2016-2020. Ce plan est assorti d?un programme d?investissements de 30.000 milliards de FCFA environ, dont 62% ? financer par le secteur priv?.

Cette volont? de transformation accrue de la production nationale a ?t? accentu?e il y a une vingtaine d?ann?es, pr?cis?ment au cours des ann?es 1995, lorsque notre pays a pu attirer de grands groupes internationaux pour intervenir dans la premi?re et la deuxi?me transformation. Je salue ici, tous ceux qui au fil des ann?es ont fait confiance ? notre pays dans un contexte de rude concurrence mettant en comp?tition notre pays ? d?autres destinations comme la Hollande, le Ghana et l?Indon?sie. Je salue ?galement les op?rateurs nationaux de taille plus modeste et aux capacit?s plus limit?es, mais tr?s d?termin?s ? apporter leur contribution, et qui ont pu se faire une place dans ce contexte de comp?tition mondiale.

Aujourd?hui, avec plus de 41% de l?offre mondiale de cacao, la C?te d?Ivoire compte douze (12) entreprises de broyage de f?ves de cacao et deux (2) entreprises de broyages de cacao hors normes et de r?sidus. La r?forme de la fili?re et l?am?lioration rapide de l?environnement des affaires en C?te d?Ivoire ont entrain? au niveau de l?industrie de la transformation, une hausse des quantit?s transform?es qui sont pass?es de 361 000 tonnes au cours de la campagne 2010-2011 ? 520 000 tonnes sur la campagne 2014-2015.

Ainsi, gr?ce ? des investissements importants effectu?s dans les unit?s de transformation de cacao par les op?rateurs internationaux et nationaux, la C?te d?Ivoire dispose actuellement d?une capacit? de broyage install?e d?environ 706 000 tonnes, soit plus de 39% de la production de cacao. Le volume de broyage effectif de la C?te d?Ivoire par campagne est d?environ 520 000 tonnes. Le taux de transformation en produits semi-finis et finis est pour l?heure de 33%.

Permettez-moi, d?abord, de f?liciter les acteurs de la fili?re dont les actions ont contribu? ? la r?alisation des performances ci-dessus mentionn?es.

Cependant, la C?te d?Ivoire ambitionne de s?investir davantage dans la transformation locale de tous ses grands produits agricoles, notamment, le caf?, le cacao, l?anacarde, le coton, l?h?v?a,?, et j?en passe.

S?agissant plus pr?cis?ment du cacao, la C?te d?Ivoire projette ? l?horizon 2020 un objectif de 50% de transformation, voire 100% pour la premi?re transformation. C?est tout le sens du partenariat gagnant-gagnant instaur? avec les op?rateurs priv?s, comme une composante importante du cadre de gouvernance de la fili?re depuis la r?forme en 2012. Ce partenariat se traduit par un dialogue continu, fond? sur les principes de rigueur, de transparence et de responsabilit?. Cela consiste, pour l?Etat ? mener les ?tudes n?cessaires sur les probl?matiques retenues et ? partager les r?sultats au cours de discussions que nous voulons franches, ouvertes et constructives.

C?est dans ce cadre qu?il y a un peu plus de dix (10) mois, le 2 avril 2015 exactement, nous ?tions ensemble pour examiner les contraintes qui entravent la transformation du cacao en C?te d?Ivoire.

Au terme de cette rencontre, j?avais indiqu? que nous nous retrouverions ult?rieurement pour approfondir nos r?flexions et poursuivre nos discussions sur les mesures ? envisager pour le d?veloppement de la transformation du cacao en C?te d?Ivoire.
Honorables Invit?s,
Mesdames et Messieurs,

Le dialogue de haut niveau que nous avons instaur? depuis pr?s d?une ann?e se traduit par des avanc?es notables dans l?appr?hension des difficult?s li?es ? la transformation locale du cacao et la recherche de solutions consensuelles.

De ce qui revient des ?tudes et des discussions que nous avons eues, les contraintes qui sont de nature ? freiner les investissements dans ce secteur industriel, portent principalement sur :

- L?approvisionnement en f?ves des unit?s de broyage,
- le rendement des unit?s,
- la fiscalit?,
- les co?ts ?lev?s et les lenteurs observ?es dans les formalit?s d?exportation.

A l?issue de ces discussions, les propositions ci-apr?s sont faites :

Concernant l?approvisionnement des unit?s de broyage de cacao, la d?cision a ?t? prise de r?server aux industriels 50% de la r?colte interm?diaire pour couvrir 70% de leurs besoins de d?blocage sur la campagne interm?diaire. Cette part pourra ?tre port? ? 60% lorsque le taux de transformation atteindra 50% ;

Au titre du rendement des unit?s de broyage, il a ?t? d?cid? d?appliquer le taux de rendement r?el d?termin? pour chaque unit? industrielle de transformation de cacao ;

S?agissant de l?am?lioration des proc?dures d?exportation, des dispositions ont ?t? d?j? prises sur les principales contraintes relev?es, ? savoir :
- la suppression de l?ajustement de certains postes du bar?me au profit des broyeurs, notamment les postes ? transit ? et ? sacherie export ? ; cette d?cision a ?t? mat?rialis?e par la note du Comit? de Direction du Conseil du Caf?-Cacao en date du 11 mars 2015.
- la limitation des achats de stocks a ?t? r?am?nag?e pour tenir compte des capacit?s install?es des broyeurs. Cette d?cision est mat?rialis?e par la note adress?e aux exportateurs en date du 23 f?vrier 2015.
- les reports de stocks d?une campagne ? l?autre sont accord?s sans aucune p?nalit? financi?re pour les broyeurs.
- les produits finis tel que le chocolat, b?n?ficient d?j? d?une exon?ration totale du DUS.

Concernant la fiscalit?, la premi?re ?tude n?est pas all?e suffisamment loin pour nous permettre de prendre une d?cision. C?est pourquoi, une ?tude compl?mentaire a ?t? r?alis?e et devrait permettre de d?terminer un niveau optimal de taxation et de garantir la comp?titivit? des unit?s de transformation, sans un co?t fiscal trop ?lev? pour les finances publiques ivoiriennes. La tendance retenue se rapporterait ? la mise en place d?un DUS diversifi? en fonction du niveau d??laboration du produit.

Par ailleurs, le Gouvernement reste ? l??coute des autres pr?occupations exprim?es concernant les facteurs qui affectent la fluidit? des op?rations d?exportations, relevant de l??tat mais ?galement de l?initiative priv?e. Il s?agit notamment de :
l?insuffisance de conteneurs pour satisfaire les demandes d?exportation ;
- l?insuffisance des moyens de transport ;
- l?absence de plateforme logistique pour les exportateurs au poids r?el.

Honorables Invit?s,
Mesdames et Messieurs,

Au regard de notre volont? d?aller plus loin dans la transformation du cacao, la pr?sente r?union, tr?s attendue de tous, nous donne l?occasion de poursuivre les discussions et de passer en revue les mesures initialement prises, en vue d?initier d?autres mesures compl?mentaires pour renforcer les acquis et la comp?titivit? de notre secteur industriel du cacao.

Je formule le v?u que nos ?changes ? l?occasion de cette deuxi?me r?union, aboutissent ? des mesures idoines pour acc?l?rer et accro?tre la transformation du cacao en C?te d?Ivoire. Il s?agit non seulement de faire de la C?te d?Ivoire le premier pays producteur de cacao, mais aussi et surtout, d?en faire, et de loin, le premier pays transformateur de cacao dans le monde. Le retour de l?ICCO en R?publique de C?te d?Ivoire en est un signe !

La volont? du Gouvernement est qu?au terme de nos ?changes, nous parvenions ? des accords sur l?ensemble des sujets retenus. Dans le cas contraire, car ? l?impossible nul n?est tenu, je me propose de mettre en place un groupe de travail paritaire entre le Gouvernement et les op?rateurs de la transformation du cacao.

Ce Groupe aura pour mission d?approfondir l?analyse des pr?occupations r?siduelles et de faire des recommandations dans un d?lai de trois mois maximum, pour examen et d?cision au cours d?une r?union ult?rieure.

Ces recommandations seront soumises pour d?cision au Pr?sident de la R?publique en Conseil des Ministres. Un document d?engagement r?ciproque, assorti d?un chronogramme de mise en ?uvre, sera sign?, avec une ?valuation des incidences, notamment, en termes d?investissements, d?emplois cr??s et de revenus fiscaux.

En conclusion, je voudrais donc souhaiter ? toutes et ? tous des discussions franches et fructueuses pour un partenariat gagnant-gagnant pour la transformation du cacao en C?te d?Ivoire.

Je vous remercie de votre aimable attention.
[...]
Actualités