Affichez vous sur Amanien.info - Pour vos Reportages, Annonces et Publicités
Derniere Minute
Côte d’Ivoire/ L’assassinat d’un apprenti de gbaka à Abidjan sud ce dimanche 20 août 2017 a été à la base d’une perturbation dans ce secteur entre Port Boute et Grand Bassam ce 21 /08/217 | Côte d’Ivoire-Abidjan 2017/ Ouverture des 8ème Jeux de la Francophonie ce vendredi 21 juillet 2017 à 19 HGMT. | Côte d’Ivoire/ Le pont Félix Houphouët Boigny nécessite une petite couche de bitume avant le démarrage des 8ème jeux de la Francophonie. | La Compagnie ivoirienne des transports (Citrans) a lancé samedi à Abidjan ses activités avec une flotte de 06 bateaux | Côte d’Ivoire/Douanes- Le Colonel DAH Pierre vient d’être choisi en conseil des ministres DG par intérim des DOUANES IVOIRIENNES ce mercredi 03 mai 2017 |
Près de 200 milliards virés dans un compte bancaire à Dubaï.
Le 9 novembre 2012, Olivier Wantz, accompagné de deux autres hauts représentants d’Areva, a reçu à Paris, Hassoumi Massoudou, ministre-directeur de Cabinet de Mahamadou Issoufou. Omar Hamidou Tchiana, ministre d’État chargé des mines, était bel et bien de la délégation qui s’était rendue dans la capitale française. Mais, Hassoumi Massoudou, probablement instruit de discuter avec Areva dans la plus grande clandestinité, s’était arrangé pour se débarrasser du titulaire du portefeuille. Ce 9 novembre 2012, Tchiana était, donc, dans tout autre chose, peut-être sur les bords de la Seine, lorsque Massoudou rencontra, seul, les trois patrons d’Areva. Les discussions aboutirent aux « minutes de meeting ». Et lorsque, à la grande surprise des deux parties, Stéphane Lhomme de l’Observatoire français du nucléaire publia, le 11 décembre 2012, le document, c’était la levée de bouclier.




Areva porta plainte, pour ensuite admettre le fait tandis que du côté de Niamey, Hassoumi Massoudou informa que ledit document n’était que le compte-rendu de leurs discussions. On ne l’avait pas cru et pourtant telle était la réalité. En fait, C’était l’arbre qui cachait la forêt. Car, derrière les minutes de meeting, il y avait des choses encore plus importantes qu’un Omar Hamidou Tchiana, soit-il ministre d’État chargé des mines, ne saurait savoir.
Ce 9 novembre 2012, Hassoumi Massoudou était seul, face à Olivier Wantz, directeur général adjoint d’Areva et membre du directoire en charge du business group Mines ; Jacques Peythieu, directeur de la stratégie du business group mines ainsi que Imad Toumi, directeur général d’Areva mines Niger à l’époque. Les minutes de meeting qui ont consacré les négociations secrètes entre Areva et Hassoumi Massoudou n’étaient que la face visible de l’Iceberg. Cinq autres documents annexes portant sur les véritables questions qui ont motivé Hassoumi Massoudou à se débarrasser du ministre d’Etat chargé, ont été signés. Et c’est ça qui a fondé l’ancien directeur de Cabinet de Mahamadou Issoufou à affirmer que les » minutes de meeting » n’étaient qu’un document rendant compte de leurs pourparlers.

Dans l’annexe 5, un document additif aux » minutes de meeting « , les principes de l’Omerta qui doit nécessairement entourer l’affaire sont déclinés. Au bas du document, il est clairement mentionné que » la communication sur les conclusions de ces négociations se fera de façon concertée et que le contenu de ces minutes de meeting et de tout autre accord à venir resteront confidentiels » et que » les parties conviennent que le présent compte-rendu est confidentiel et ne peut être divulgué sans l’accord écrit des parties « . Il y avait de quoi. En juillet 2011, Areva UG, le groupe commercial d’Areva Groupe, a vendu une très forte quantité d’uranium à la société Energo Alyans, une société de distribution russe qui ne s’intéressait pas, du moins jusqu’alors, au commerce d’uranium ou même au négoce de matières premières. Le 24 novembre suivant, la société Energo Alyans a vendu cet uranium à la société Optima Energy Offshore SAL au Liban. Les deux ventes ont été notifiées à la société Areva. Selon une source proche du dossier, un virement bancaire de 319 millions de dollars, soit près de 200 milliards de francs CFA, a été fait le 12 décembre 2011 du compte de Sopamin logé à BNP Paribas, à Paris, au compte d’Optima à Dubai. Au bas du document, on voit clairement la signature de Hassoumi Massoudou. Ce qui pose le problème de la gestion des comptes de la Sopamin
Source: Laboukoye, Le Courrier, février 2017
[...]