Affichez vous sur Amanien.info - Pour vos Reportages, Annonces et Publicités
Derniere Minute
Côte d'Ivoire / SOTRA-Des Bus à cuir la chaire humaine ont remplacé les mastodontes émergents (Nous y reviendrons dans un dossier). | Côte d’Ivoire/ Le président de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) Moussa Traoré nommé à la CQOMMISSION DES Droits de l’Homme. | Afrique de lOuest/ LAcadmie Rgionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) dispose dsormais dune agence San Pedro, dans la cit balnaire de Cte dIvoire | Cte dIvoire/ Lassassinat dun apprenti de gbaka Abidjan sud ce dimanche 20 aot 2017 a t la base dune perturbation dans ce secteur entre Port Boute et Grand Bassam ce 21 /08/217 | Cte dIvoire-Abidjan 2017/ Ouverture des 8me Jeux de la Francophonie ce vendredi 21 juillet 2017 19 HGMT. |
Ils occupent une place indéniable dans le visage du transport urbain Abidjanais. Autrement réservés à une classe moyenne ou aisée, les taxis compteurs sont aujourd’hui utilisés par l’ensemble des Abidjanais, sans exception. Pourtant les tarifications n’ont pas changé.

Décryptage.

Sur la longue liste des maux qui minent le secteur des taxis compteurs, le premier est celui de la concurrence déloyale que leur imposent les taxis intercommunaux appelés ‘‘woro-woro’’. Ces derniers roulent sans autorisation d’exploitation, au vu et au su du district qui ne fait pas grand-chose pour éradiquer le phénomène de ces voitures banalisées, et ce, en dépit de l’arrêté qu’avait pris le ministre Flindé en son temps, et qui sera à son terme fin août 2011. Une inertie qui est mal vecue dans le milieu, quand on sait que le district perçoit 54% des frais payés à l’Agetu pour obtention l’autorisation d’exploitation. Le résultat est que les taxis sont tous devenus des wôrô-wôrô sans le vouloir. Par conséquent, les chauffeurs desdits véhicules dont la recette journalière est comprise entre 22 000 F et 30 000 FCFA, contre 12 000 pour leurs ‘’concurrents’’, restent les plus grands perdants, selon Dembelé Mory Touré opérateur dans le milieu. Autre incongruité aussi marquante que la première : le prix mensuel de l’assurance payé à la Matca. Là où les Gbakas, plus volumineux paient 20 000 FCFA et les autres véhicules entre 18 000 et 20 000 Fcfa, les taxis compteurs paient 40 000Fcfa/ mois. Et en cas d’accidents, de dommages ou autres sinistres, inutile de compter sur cette mutuelle pour rembourser. ‘’Tout se passe comme si les acteurs de ce secteur sont les oubliés de la république’’, s’indigne cet opérateur cité plus haut. Sans compter le racket quasi institutionalisé qui s’est développé avec une accuité inquiétante ces derniers jours. En plus des forces de l’ordre, certains agents de mairie ont pris gout à l’affaire. Entre temps, pour les propriétaires, les charges constitutives et fiscales de l’exploitation de taxi compteur sont restées intactes.

Quand la solution devient un problème

La Mutuelle d’assurance des taxis compteurs (Matca) qui est la structure sensée couvrir les dommages subis par les acteurs de cette corporation s’illustre plus par les crises à répétition. Des problèmes sous-jacents de personnes ont longtemps miné le fonctionnement de cette assurance qui peine à payer les sinistres des exploitants. Lesquels qui, à la faveur de la crise post-électorale et même bien avant, ont enregistré les plus grosses pertes. Plusieurs véhicules ont, en effet, été volées, endommagées ou brulées. La mutuelle, pour l’instant demeure muette sur les procédures d’indemnisation. Pour Traoré Lassinan, propriétaire de taxis copmpteurs, cette situation est due au fait que la Matca éprouve du mal à porter haut la voix des exploitants. Elle est une mutuelle et non une union patronale.

En outre, alors que le Code Cima le recommande et que certaines dispositions des statuts de la Matca le stipulent, les exploitatants des taxis compteurs ne sont pas contactés pour prendre part à l’Ag annuel de la Matca et approuver les comptes de la mutuelle.

L’impérative réorganisation

Le secteur des taxis compteurs, comme celui de la large famille du transport, est pourvoyeur de milliers d’emplois. Il mérite, pour ce fait une meilleure organisation et une plus grande implication des autorités de tutelle. Celles-ci, à travers le ministre Gaoussou Touré, a avoué son impuissance face au dégré de désordre qui règne dans ce secteur. L’embryon d’organisation qui se signalait est réduit à néant avec la disparition de l’Union patronale des exploitants de taxis compteurs d’Abidjan (Upetca). Il est plus que question de donner un nouvel élan à cette activité qui, chaque jour qui passe, sombre et cède la place à ses concurrents directs (wôrô-wôrô et gbakas). Aujourd’hui, les acteurs s’organisent pour monter une autre union sur les cendres de la défunte Upetca. En attendant son assemblée constitutive, si l’arrivée de cette organisation corporative est attendue avec beaucoup d’espoir, elle l’est aussi avec circonspection. Le milieu du transport est réputé pour son nombre pléthorique de syndicat sans objet réel et défini. Leurs promoteurs sont taxés de s’adonner au racket, parfois avec la force, sur leurs adhérents sans remplir les tâches qui sont les leurs. Une nouvelle organisation dans le secteur donc, se démarquera par ces actions concrètes en trouvant des solutions à ces nombreux défis. Notamment le rétrécissement du parc de taxis compteurs au fil des ans, la carte d’exploitation et de renouvellement payée à l’Agetu de 151 000FCFA, les deux visites annuelles lors desquelles les dessous de table obligatoires avoisinent les 30 000 FCFA, même si le véhicule est neuf, etc.

Côte d’Ivoire/ MATCA- Guédou Ousmane Elie veut former les chauffeurs.
« Nous allons nous adresser à l’Etat ivoirien pour nous aider à gérer le profil de carrière des chauffeurs de taxi compteurs. Ainsi que faire de leur formation une priorité parce qu’ils en ont vraiment besoin ». Ce sont les promesses que le directeur général de la Mutuelle d’assurance des taxis-compteurs d’Abidjan (Matca), Elie Guédou a faites, le jeudi 24 août 2017, au siège de sa structure au Plateau, lors du bilan de l’exercice 2016 de la mutuelle. Il s’est dit satisfait du bilan de sa mutuelle qui a enregistré un excédent de 638 millions F Cfa au cours de l’exercice 2016 contre 463 millions F Cfa en 2015. Soit une hausse de 175 millions F Cfa et un taux de progression de 37%.
« Nos propriétaires de taxi compteurs sont identifiés mais les chauffeurs ne le sont pas. Notre politique est axée sur les sociétaires et non les chauffeurs. Cependant, nous avons initié un projet de déclaration des chauffeurs à la Cnps », a-t-il révélé. Le renouvellement du parc auto, la politique de suivi des véhicules dans la circulation, la lutte contre la concurrence déloyale, l’augmentation des agences, la remorque des véhicules, etc. constituent les grands chantiers de la Mutuelle.
Au plan comptable, le directeur général de la Matca indique que le bilan des trois dernières années est satisfaisant. Mieux, la mutuelle affiche une nette croissance depuis 2014. Pour preuve, le chiffre d’affaires ne cesse de croître. De 4 216 499 270 F Cfa en 2014, il est passé à 4 596 600 749 F Cfa pour atteindre 5 019 819 710 F Cfa en 2016, avec un taux de variation de plus de 19,05%. Au cours de la même période, les sinistres payés sont passés de 1 330 525 747 F Cfa en 2014 à 1 829 045 501 F Cfa en 2016, soit un taux de variation de plus de 37,46%
[...]
Actualités